Aller au menu Aller au contenu

Vous êtes ici : Accueil Actualités événements Actualités Frelons asiatiques

Frelons asiatiques

Comment les reconnaître et concevoir un piège sélectif. Ne tentez jamais de détruire un nid par vous-même !

Apparu en France il y a une quinzaine d’années et désormais présent dans la quasi-totalité des départements, le frelon asiatique s’attaque avant tout aux vergers dont il dévore les fruits et aux abeilles qui représentent 45 % de son régime alimentaire en campagne et 80 % en ville. Mesurant entre 17 et 32 millimètres, il est facile à reconnaître avec son abdomen à dominante noire doté d’une large bande orange et d’un liseré jaune sur le premier segment, contrairement au frelon européen dont l’abdomen est à dominante jaune rayé de noir. La tête du frelon asiatique est orange et ses pattes sont jaunes aux extrémités (celles du frelon européen sont rousses). L’espèce asiatique dispose d’une capacité de reproduction très rapide, un nid qu'on ne détruit pas pouvant engendrer quatre nids l'année suivante. D’autant qu’à l’exception de quelques oiseaux, le frelon à pattes jaunes ne compte que très peu de prédateurs en Europe.

Différencier les frelons

C’est pourquoi il s’avère impératif de détruire leur nid qui peut abriter jusqu’à 13 000 individus. Nid qui s’avère plus simple à repérer en automne, lorsque les feuilles tombent des arbres. En forme de boule (contrairement à celui de son homologue européen, davantage en forme de poire), il peut mesurer jusqu’à 1,20 mètre de haut. La plupart du temps construit à plus de 10 mètres d’altitude, à la cime des arbres, il peut également être installé dans les cabanes de jardins ou à proximité d’un point d’eau. La destruction des colonies doit se faire le plus tôt possible au printemps et jusque mi-novembre, le nid étant vide en hiver. Ne tentez jamais de détruire un nid par vous-même pour ne pas risquer de vous faire attaquer par des centaines, voire des milliers de frelons ! Sauf menace sur un bâtiment public (une école par exemple), les sapeurs-pompiers ne se déplacent pas. En tant que particulier, vous devez faire appel à des professionnels certifiés de la désinsectisation, équipés de protections et de matériel adapté pour travailler en hauteur. Des professionnels signataires d’une charte de bonnes pratiques dont l’Hôtel de ville tient une liste à votre disposition sur simple demande auprès des services techniques au 02 47 88 11 20.

Un nid souvent perché dans les arbres

fabriquer un piège sélectif

En mars, les frelons asiatiques sortent d'hibernation. C'est le moment de piéger les reines avant qu'elles n'aient la possibilité de concevoir un nouveau nid et ainsi empêcher la prolifération de ce fléau pour la biodiversité. Mais attention : il ne s'agit bien évidemment pas de piéger d'autres insectes comme les frelons européens, les abeilles, les mouches ou les papillons. La taille des trous est donc déterminante pour l'efficacité d'un piège sélectif (une petite entrée impossible à franchir pour les papillons et une sortie prévue pour les plus petits insectes), ainsi que la composition de l'appât (80 % de sirop de cassis ou grenadine, 10 % de vin blanc et 10 % de bière brune), l'alcool repoussant les abeilles. Le tutoriel vidéo ci-dessous vous explique comment concevoir ce piège, étape par étape :

Que faire en cas de piqûre ?

S’il n’est pas plus dangereux et pas plus agressif que les autres hyménoptères (frelons communs, guêpes, bourdons) envers les humains, le venin du frelon asiatique peut entraîner l’obstruction des voies aériennes supérieures et de fortes réactions allergiques en cas de piqûres multiples. Notamment chez les personnes immunodéficientes ou allergiques, les jeunes enfants et les personnes âgées, allant jusqu’à provoquer la mort d’une dizaine de personnes chaque année. Pour vous soulager en cas de piqûre et éviter tout risque d'infection, lavez et désinfectez l'endroit où vous avez été piqué et retirez bagues et bracelets si la piqûre est survenue sur la main. Vous pouvez également appliquer un glaçon recouvert d'un mouchoir pour aider à dégonfler et soulager la douleur, voire une goutte d'huile essentielle de lavande aspic et masser quelques secondes, jusqu'à trois fois par jour. Si la douleur persiste, n'hésitez pas à prendre du paracétamol ou de l'ibuprofène, et surveillez la piqûre pendant 48 heures. Si les symptômes ne se calment pas, consultez un médecin. Les piqûres multiples et celles sur les muqueuses, ainsi que l’hypersensibilité aux piqûres des hyménoptères, sont des facteurs de risque à prendre immédiatement en compte. Dans ce cas de figure, appelez les pompiers en composant le 18 pour une prise en charge rapide. N’hésitez pas non plus à appeler les secours en présence de tout symptôme évoquant un choc allergique (difficultés à respirer, démangeaisons, gonflement du visage, malaise, nausées). Dans tous les cas, un seul mot d’ordre : prudence !

Vers le haut