Aller au menu Aller au contenu

Vous êtes ici : Accueil Actualités événements Actualités Espace Simone Veil

Espace Simone Veil

La salle de réunion des Tonnelles porte désormais le nom de l'ancienne femme d'Etat française.

A l'occasion de la journée des droits de la femme, la ville de Fondettes a choisi de rendre hommage à Simone Veil, véritable icône de la lutte contre la discrimination des femmes en France, en donnant son nom à la salle de réunion de l'Espace municipal des solidarités et de l'emploi des Tonnelles.

Espace Simone Veil

Dévoilé par le maire Cédric de Oliveira en présence de son adjointe aux affaires sociales Dominique Sardou et de la secrétaire générale de la Préfecture d'Indre-et-Loire Agnès Rebuffel-Pinault, le portrait de Simone Veil dessiné sur la façade vitrée de la salle est accompagné de l'une de ses phrases les plus emblématiques : "La vie m'a appris qu'avec le temps, le progrès l'emporte toujours".

Cédric de Oliveira a remis un ouvrage en souvenir à Agnès Rebuffel-Pinault

Une inauguration officielle à laquelle la municipalité avait convié les anciennes adjointes aux affaires sociales de la ville Monique Mercier, Sylviane Joly et Christine Renier à qui le maire de Fondettes a remis un exemplaire d'un ouvrage rassemblant le discours pour le droit à l'avortement prononcé par Simone Veil à l'Assemblée nationale le 26 novembre 1974, son discours à l'Académie française de mars 2010 et le texte "Vous êtes du côté des femmes" de Jean d'Ormesson (mars 2010).

Qui était Simone Veil ?

Née Jacob le 13 juillet 1927 à Nice et disparue le 30 juin 2017 à Paris, la magistrate et femme d'État française Simone Veil a vu le jour dans une famille juive aux origines lorraines. Déportée avec sa famille à Auschwitz à l'âge de 16 ans durant la Shoah, elle parvient à survivre avec ses sœurs Madeleine et Denise mais perd son père, son frère et sa mère. Elle épouse Antoine Veil en 1946 puis, après des études de droit et de science politique, entre dans la magistrature comme haut fonctionnaire.

En 1974, Simone Veil présente son projet de loi légalisant l'IVG

En 1974, elle est nommée ministre de la Santé par le président Valéry Giscard d'Estaing, qui la charge de faire adopter la loi dépénalisant le recours par une femme à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), loi qui sera ensuite couramment désignée comme la « loi Veil ».  Première présidente du Parlement européen, nouvellement élu au suffrage universel, elle occupe cette fonction de 1979 à 1982. De façon générale, elle est considérée comme l'une des promotrices de la réconciliation franco-allemande et de la construction européenne. De 1993 à 1995, elle devient ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville du gouvernement Édouard Balladur. Elle siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007, avant d'être élue à l'Académie française en 2008.

Sur décision du président Emmanuel Macron, Simone Veil a fait son entrée au Panthéon avec son époux le 1er juillet 2018.

Vers le haut